ANALYSE. Les défis de la décarbonation du secteur aérien (première partie)

En annonçant en 2021, en pleine crise sanitaire, un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 au niveau mondial, le secteur aérien a franchi une nouvelle étape dans sa trajectoire de décarbonation. Cet objectif se décline en un plan d’actions concret, combinant un ensemble de mesures volontaristes et ambitieuses.  La réussite de cette transition est essentielle afin d’éviter le déclassement d’un secteur stratégique pour la France et pour l’Europe (13,5 millions d’emplois y dépendent du transport aérien), et qui a été fortement fragilisé par la pandémie (le trafic aérien ne devrait retrouver son niveau d’avant-crise qu’aux alentours de 2024).

Il est à noter que le transport aérien n’a pas attendu la période récente et la pression du « flygskam » pour travailler sur sa performance énergétique. Sous l’effet combiné des progrès technologiques et des améliorations des opérations, les émissions de CO2 par passager-kilomètre ont été divisées par deux depuis 1990 malgré une croissance importante du trafic sur la même période. Le transport aérien ne génère aujourd’hui que 2% à 3% du total des émissions mondiales. Le secteur s’est engagé à poursuivre ces réductions pour atteindre la neutralité carbone à horizon 2050, afin d’être en ligne avec les Accords de Paris.

Trois principaux leviers seront nécessaires pour atteindre l’objectif de neutralité carbone du secteur aérien : les développements technologiques (par exemple: avion plus électrique ou propulsion à hydrogène) représentant 34% de la contribution à la réduction des émissions, l’optimisation des opérations en vol et au sol (pour 7% de la contribution), et le recours aux carburants alternatifs (pour 53%). Ces transformations devront être complétées par des mesures de compensation pour atteindre l’objectif net zéro en 2050 (pour 6%).

Archery Strategy Consulting est un cabinet de conseil en stratégie focalisé sur 3 secteurs : aérospatiale-défense-sécurité, énergie-environnement, transport-logistique-mobilité et a contribué au rapport de l’Institut Montaigne paru en janvier 2022 : « Aviation décarbonée : embarquement immédiat ».

Retrouvez demain la suite de notre analyse: « Plus d’un tiers de la réduction de la consommation des avions passera par la mise en œuvre d’innovations technologiques« 

A propos aerodefensenews

Bruno Lancesseur est rédacteur en chef la lettre AeroDefenseNews.net Pour nous contacter envoyez votre adresse mail à aerodefensenews@gmail.com
Cet article a été publié dans Aviation Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour ANALYSE. Les défis de la décarbonation du secteur aérien (première partie)

  1. Camille dit :

    Interessant 🙂

    >

Les commentaires sont fermés.