En 2024, l’industrie aéronautique connaîtra une croissance supérieure à celle d’avant la pandémie

Point de vue. « Les données les plus récentes de l’Association internationale du transport aérien (IATA), publiées fin novembre 2020, prévoient une perte nette du secteur aérien de 118,5 milliards de dollars en 2020 et une nouvelle perte de 38,7 milliards de dollars en 2021. Ceci dit, le niveau de défaillance des compagnies aériennes en 2020 n’a pas atteint un nouveau record. L’ampleur de l’aide gouvernementale, estimée à au moins 180 milliards de dollars à ce jour, a joué un rôle majeur dans le sauvetage d’un certain nombre de transporteurs traditionnels affaiblis, mais ce faisant, a créé des déséquilibres à long terme au sein du secteur.

L’impact de la crise est loin d’être derrière nous. La pandémie a plongé le secteur de l’aviation dans une crise bien plus profonde que celles qui ont suivi le 11 septembre et la crise financière mondiale de 2008. Une longue période de croissance soutenue a été stoppée net en 2020 et les prochaines années seront consacrées à essayer de retrouver les niveaux d’avant COVID-19. Même si les vaccins ont considérablement ralenti la propagation du virus, le ralentissement économique provoqué par la pandémie devrait se poursuivre et avoir un impact négatif sur la demande de voyages d’affaires pendant la phase de reprise. En outre, on estime qu’environ 300 millions de personnes dans le monde, tous secteurs confondus, ont perdu leur emploi à cause de cette crise. Ces pertes d’emplois risquent d’avoir des répercussions importantes et durables sur l’économie mondiale et la demande de voyages en avion.

Des pertes importantes dans le secteur de l’aviation se poursuivront en 2021, même si les performances devraient s’améliorer au cours des prochains mois dans diverses régions du monde. Sur une note plus optimiste, les facteurs de performance en 2021 montrent déjà des améliorations par rapport à 2020 et le second semestre 2021 devrait connaître une certaine amélioration après un premier semestre 2021 difficile.

Les mesures drastiques de réduction des coûts devraient se combiner à une augmentation de la demande de voyages en avion au cours de l’année 2021 (par exemple, la réouverture des frontières avec des protocoles de test et la disponibilité généralisée d’un vaccin, comme on l’a vu dans la région du Golfe) pour que l’industrie devienne positive au quatrième trimestre de 2021. Suite à la vaccination massive, à la réouverture des frontières et à la capacité des compagnies aériennes à développer leurs activités de fret, je prévois que l’industrie de l’aviation commerciale se reconstruira en 2021, avant une reprise de l’industrie en 2022-2023, puis une émergence plus forte que les niveaux d’avant la crise à partir de 2024 ».

Par Linus Bauer, conférencier sur le transport aérien à la « City University of London » et consultant en aviation

Verbatim : « Globalement, en termes de demande de passagers, nous sommes revenus aux niveaux de 1998, soit une baisse de 66 % par rapport aux niveaux d’avant la crise ». Alexandre de Juniac, PDG de l’IATA. 17 mars 2021. https://www.iata.org/en/pressroom/ceoblog/

Note. Les compagnies aériennes opéraient sur environ 30 000 routes avant la crise. Ce nombre est aujourd’hui réduit à 12 000 et à une fréquence beaucoup plus faible. Chaque route était auparavant desservie par une moyenne de 43 vols par mois, mais elle n’en compte plus que 20, soit moins d’un par jour. Sur les marchés intérieurs, le nombre de liaisons n’a guère changé, mais la fréquence moyenne a également diminué, passant de 90 à 66 services par mois.

La pandémie causée par la COVID-19 a décimé la connectivité aérienne et les avantages économiques qu’elle génère. Elle est en train de se redresser, mais elle est encore en baisse d’un tiers.

– Le fret aérien a soutenu les chaînes d’approvisionnement mondiales et devrait retrouver les niveaux de 2019 l’année prochaine, mais les voyages aériens prendront plusieurs années.

– Les vaccins et les tests devraient soutenir les voyages mondiaux à 50% des niveaux de 2019 l’année prochaine, avec des gains importants plus tard dans l’année.

– Les compagnies aériennes ont réduit leurs coûts de manière substantielle, mais la consommation de liquidités devrait se poursuivre jusqu’au quatrième trimestre de l’année prochaine.

– Le secteur devrait enregistrer des pertes nettes de 118 milliards de dollars cette année, pour les ramener à 38 milliards de dollars en 2021.

– Un certain nombre de compagnies aériennes disposent de réserves de trésorerie substantielles pour survivre jusqu’à ce que les revenus augmentent fortement à la fin de l’année prochaine. Mais ce n’est pas le cas de nombreuses compagnies aériennes.

– Les compagnies aériennes versent généralement aux gouvernements 111 milliards de dollars par an en recettes fiscales, mais COVID-19 a eu besoin d’une aide de survie de 173 milliards de dollars.

– Les performances financières des compagnies aériennes devraient se redresser en premier lieu en Asie-Pacifique, suivies par les compagnies aériennes des régions de marchés développés.

Source IATA

A propos aerodefensenews

Bruno Lancesseur est rédacteur en chef la lettre bi-mensuelle AeroDefenseNews. Pour nous contacter envoyez votre adresse mail à aerodefensenews@gmail.com
Cet article a été publié dans Aviation Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.