Safran a résisté en 2020 mais le plus dur est peut-être à venir

En pleine crise historique du secteur aérien, Safran a réussi à dégager un bénéfice net de 352 millions d’euros en 2020. Le motoriste et équipementier aéronautique a vu son chiffre d’affaires ajusté se contracter de 33% sur l’année, à 16,5 milliards d’euros, mais il est parvenu à maintenir sa rentabilité au prix de mesures d’austérité. Le motoriste a livré 815 moteurs LEAP en 2020 contre 1736 moteurs en 2019. Safran est resté bénéficiaire en 2020 avec un bénéfice net de 352 millions d’euros, malgré la crise historique du secteur aérien (-66% de passagers transportés en 2020 par rapport à 2019) due à la pandémie de Covid-19. Déjà affecté par les déboires du Boeing 737 MAX dont il produit tous les moteurs (LEAP-1B), Safran, comme tout le secteur aéronautique, « a été confronté à la plus grande crise de son histoire avec un effondrement du trafic aérien dû aux confinements et aux restrictions de voyages imposés dans toutes les régions du monde », rappelle le motoriste. La chute du chiffre d’affaires est la conséquence des baisses de cadences de production adoptées par les avionneurs, de l’ordre de 40% pour Airbus, et de l’atonie du trafic aérien: les avions volant moins, les compagnies ont moins besoin de pièces de rechange et de services, activités très rémunératrices pour Safran.

Le groupe s’attend à un début d’année compliqué, notant un « récent ralentissement de la reprise du trafic aérien dans plusieurs régions du monde » sous l’effet de l’émergence de variants du virus et du renforcement des mesures de restrictions sanitaires aux voyages internationaux. Safran prévoit pour 2021 un chiffre d’affaires ajusté en baisse « de 2% à 4% » hors effets de changes. «La situation en ce début d’année reste très difficile. En Chine, le trafic aérien domestique, qui était revenu au niveau de 2019 en décembre, est retombé à moins de 50 % la semaine dernière, du fait des restrictions aux déplacements instaurées à l’occasion du Nouvel an chinois. Mais il repart à la hausse cette semaine. Et en Europe, les nouvelles formes du Covid ont conduit à refermer les frontières et le trafic reste inférieur de 75 % à celui de 2019. Le premier trimestre 2021 sera donc encore en forte baisse comparé au premier trimestre 2020 », a expliqué Olivier Andries, directeur général de Safran, dans un entretien aux Echos (25/02).

Pas de reprise du transport aérien. Contrairement aux espoirs de ces dernières semaines, il va falloir attendre plus longtemps l’amorçage de la reprise du transport aérien mondial. L’Association internationale du transport aérien (Iata) a annoncé récemment avoir revu à la hausse sa prévision de pertes des compagnies aériennes pour cette année. L’Iata, qui prévoyait en décembre des pertes s’élevant à 48 milliards de dollars en 2021, s’attend désormais à une perte comprise entre 75 et 95 milliards de dollars sur la même période. La saison estivale qui approche est décisive pour de nombreuses compagnies aériennes et opérateurs touristiques, qui luttent pour leur survie depuis près d’un an.

Selon Alexandre de Juniac, directeur général de l’Iata, le trafic aérien devrait se redresser au cours du second semestre 2021. L’une des solutions envisagées et l’instauration d’un « passeport vaccinal » ou plutôt un carnet de santé (papier ou numérique) demandé par les autorités de police ou aéroportuaires lors de l’enregistrement ou de l’embarquement ou encore à l’arrivée. L’aéroport londonien d’Heathrow, qui a enregistré une perte de 2 milliards de livres (2,32 milliards d’euros) en 2020, a indiqué que les certificats numériques de santé étaient désormais essentiels à la reprise des voyages à l’étranger. Alors que de nombreux pays ont commencé à déployer des vaccins pour lutter contre le nouveau coronavirus, l’émergence de variants plus contagieux dans des pays tels que la Grande-Bretagne, le Brésil et l’Afrique du Sud a conduit de nombreux Etats à interdire les voyages, sauf motifs impérieux.

B.L.

A propos aerodefensenews

Bruno Lancesseur est rédacteur en chef la lettre bi-mensuelle AeroDefenseNews. Pour nous contacter envoyez votre adresse mail à aerodefensenews@gmail.com
Cet article a été publié dans Aviation Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.