Comment la pandémie sanitaire va changer les voyages aériens

La pandémie mondiale provoque des changements fondamentaux qui remodèlent les habitudes des voyages aériens et donc de la demande de nouveaux avions. Dans son étude (*) sur les nouvelles perspectives du marché commercial portant sur les avions de 150 places au cours des dix prochaines années, Embraer s’attend à « un retrait anticipé des avions plus anciens et moins performants en termes de consommation, la préférence pour les petits avions plus rentables pour répondre à une demande plus faible, et l’importance croissante des réseaux de compagnies aériennes nationales et régionales ».

Embraer a identifié quatre principaux facteurs qui vont modifier l’industrie du transport aérien :

Le comportement des passagers. La préférence pour les vols courts-courriers et la décentralisation des bureaux des grands centres urbains nécessiteront des réseaux aériens plus diversifiés,

le redimensionnement des flottes avec un passage à des avions de plus petite capacité et plus polyvalents pour répondre à une demande plus faible,

– La régionalisation. Les entreprises qui cherchent à protéger leurs chaînes d’approvisionnement des chocs extérieurs vont se rapprocheront de leurs fournisseurs, générant ainsi de nouveaux flux de trafic, mais peut-être plus régionaux. La tentation de moins délocaliser impactera les trajets internationaux,

– Environnement. L’accent renouvelé sur des types d’avions plus efficaces et plus écologiques sera une tendance des prochaines années.

Selon l’avionneur brésilien, le trafic mondial de passagers (mesuré en passagers-kilomètres payants – RPK) reviendra aux niveaux de 2019 d’ici à 2024, tout en restant inférieur de 19 % aux précédentes prévisions d’Embraer tout au long de la décennie, jusqu’en 2029. C’est dans la région Asie-Pacifique que le nombre de RPK augmentera le plus rapidement (3,4 % par an).

Embraer table sur la livraison de  4 420 nouveaux jets de 150 places maximum d’ici à 2029. 75% des livraisons remplaceront des avions vieillissants, 25% représentant la croissance du marché. La majorité sera destinée à des compagnies aériennes d’Amérique du Nord (1 520 unités) et d’Asie-Pacifique (1 220). En outre, 1 080 nouveaux turboprops seront livrés jusqu’en 2029. La majorité d’entre eux seront destinés à des compagnies aériennes basées en Chine/Asie Pacifique (490 unités) et en Europe (190). L’avionneur table sur un taux de croissance moyen de 2,6 % par an au cours de la prochaine décennie. Cette décélération significative reflète le déclin du PIB et la prolongation de la période de reprise après la crise COVID-19.

Nouveaux comportements des passagers. Les analystes d’Embraer estiment que de « nouveaux comportements de passagers et leur consommation de voyages aériens » apparaissent aussi bien pour les voyageurs d’affaires que de loisir. Le recours aux technologies de l’information durant la crise sanitaire télétravail, visioconférence, etc.) s’est accru et pourrait inciter les entreprises – selon les secteurs-, à s’éloigner des grands centres urbains, loin des hubs et se régionaliser. « Notre contact avec la technologie s’est accru pendant la pandémie en travaillant à domicile. Par conséquent, une petite partie des voyages d’affaires peuvent être remplacés par des interactions virtuelles », relève Embraer.

Pour les compagnies aériennes cela implique une plus grande connectivité entre des villes de seconde importance et donc des avions de taille adaptée à cette évolution de la demande. De même, pour les voyages de loisir, les passagers pourraient préférer les trajets plus courts. Les compagnies aériennes devront donc adapter leur offre, réévaluer leurs flottes et leur politique tarifaire… Globalement, l’impact de la pandémie pourrait amener les compagnies aériennes à reformuler leurs plans futurs et y inclure de nouvelles destinations secondaires. Pour ces nouveaux marchés il faudra probablement des avions de taille appropriée pour se connecter aux réseaux mondiaux. Ce que ne dit pas Embraer c’est si ces tendances seront durables ou plus ou moins passagères.

(*) Pour plus de détails téléchargez les perspectives du marché 2020 à l’adresse suivante

www.embraermarketoutlook2020.com

A propos aerodefensenews

Bruno Lancesseur est rédacteur en chef la lettre bi-mensuelle AeroDefenseNews. Pour nous contacter envoyez votre adresse mail à aerodefensenews@gmail.com
Cet article a été publié dans Aviation Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.