Thomas Pesquet s’envolera avec Space X pour sa seconde mission, quelle ironie pour l’Europe spatiale !

crewdragonL’astronaute français Thomas Pesquet s’envolera pour sa seconde mission vers la Station spatiale internationale (ISS) en mars 2021 à bord de la nouvelle capsule américaine Crew Dragon de Space X.

Sa première mission (2016-2017) très médiatisée a été un immense retentissement en France grâce en grande partie à la personnalité de Pesquet. Et c’est tant mieux. En 2016-2017, le spationaute français était parti avec le lanceur russe Soyouz depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Cette fois-ci, il sera à bord de la capsule Crew Dragon lancée depuis Cap Canaveral en Floride avec un lanceur Falcon 9 de SpaceX… Thomas Pesquet devrait même être Commandant de bord de la station durant quelques mois.

Le lancement de la première Crew Dragon développée par SpaceX en mai dernier avec deux astronautes de la Nasa, a marqué la fin du monopole spatial russe pour les vols habités. Depuis l’arrêt, en 2011, des vols de navettes américaines, les astronautes de la Station partaient tous du cosmodrome de Baïkonour. Et le retour de Crew Dragon le 2 août dernier est un succès aux multiples facettes : la NASA s’est émancipée des Russes pour relier la Station spatiale, elle dispose désormais d’un partenaire privé fiable. Quant à Elon Musk, c’est la consécration pour SpaceX créée en 2022. Avec le Falcon 9 réutilisable, le Falcon Heavy qui emporte un roadster Tesla et maintenant le Crew Dragon, Musk devient incontournable sur la scène internationale pour tout ce qui touche de près (la Lune) ou de loin (Mars) les activités spatiales, y compris les lancements commerciaux et institutionnels. Elon Musk est sur le point de rafler la mise.

Cependant, cette réussite insolente fait grincer quelques dents en France. Quelle ironie de voir le spationaute française s’envoler prochainement à bord du Crew Dragon propulsé par une Falcon 9 de SpaceX, ce lanceur si critiqué en Europe depuis dix ans. Accusé d’être soutenu financièrement par la NASA et par l’US Air Force, Elon Musk a longtemps été considéré comme un «rigolo» en France. Et pourtant, dix ans après le premier vol d’un lanceur Falcon 9 basé sur le concept d’un premier étage réutilisable force est de constater que Musk a réussi son pari. Et quel pari puisque les Européens ont dû finalement admettre que le concept de lanceur réutilisable avait un avenir, même pour le futur lanceur Ariane 6 ! «Thomas Pesquet à bord du Crew Dragon propulsé par un Falcon 9 ? C’est un bras d’honneur à tous ceux qui ironisaient sur le sérieux de Musk », nous confie un familier su secteur spatial. SpaceX est aujourd’hui l’acteur N°1 mondial du spatial en termes de lancements commerciaux et institutionnels (11 lancements en 2020) et il est le fournisseur de la NASA pour desservir la Station spatiale.

Falcon 9 : un succès indéniable. 11 lancements de Falcon 9 ont été réalisés au cours du premier semestre 2020 avec des charges utiles américaines et étrangères, la moitié des lancements réalisés entre le 22 avril et le 30 juin (soit 5 lancements en 10 semaines). Ces chiffres sont à comparer aux 8 lancements réalisés au cours du premier semestre 2019 et les 13 lancements réalisés sur l’ensemble de l’année 2019. Ces lancements concernent des missions très variées mais essentiellement à destination de l’orbite basse ou de l’ISS. Pour ces 11 lancements, SpaceX a utilisé 8 propulseurs uniques dont 2 utilisés pour la première fois et 6 ayant déjà volé au moins une fois. Ainsi, 82% des lancements du premier semestre 2020 ont eu recours à des propulseurs ayant déjà volé au moins une fois. Trois propulseurs ont été utilisés 2 fois au cours du semestre et, grande première, des propulseurs ont volé pour la 5e fois (vols du 18 mars et du 4 juin). SpaceX dispose actuellement de 8 propulseurs de premier étage en cours de reconditionnement ou en attente d’un nouveau lancement.

Enfin, SpaceX tente, aussi, de récupérer les demi-coiffes à deux reprises l’aide de barges autopilotées équipées de filets et asservies à la trajectoire des coiffes. Une seule demi-coiffe a pu être récupérée par un filet tandis que les trois autres sont tombées en mer mais ont pu être repêchées. Le 18 mars 2020, une coiffe ayant déjà volé a été réutilisée pour la première fois. Au total, six demi-coiffes ont été réutilisées à l’occasion de trois vols au cours du semestre.

Depuis le premier lancement d’un Falcon 9 en 2010, SpaceX a réalisé 92 lancements :

Falcon 9: 89 lancements entre le 4 juin 2010 et le 30 juin 2020, avec les versions suivantes :

Falcon 9 v1.0 – 5 lancements entre 2010 et 2013

Falcon 9 v1.1 – 15 lancements entre 2013 et 2015

Falcon 9 Full Thrust – 25 lancements entre 2015 et 2018

Falcon 9 Block 4 – 12 lancements entre 2017 et 2018

Falcon 9 Block 5 – 32 lancements entre 2018 et le 30 juin 2020

Source : Ambassade de France aux États-Unis d’Amérique-Service Spatial

A propos aerodefensenews

Bruno Lancesseur est rédacteur en chef la lettre bi-mensuelle AeroDefenseNews. Pour nous contacter envoyez votre adresse mail à aerodefensenews@gmail.com
Cet article a été publié dans Aviation Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.