L’aviation d’affaires profite de la paralysie du transport aérien

DA00031637Contrairement à l’aviation commerciale qui continue de subir de plein fouet cette crise sans précédent, l’aviation d’affaires semble peu à peu remonter la pente. En effet, en avril dernier, le trafic mondial du secteur était inférieur de 70% aux chiffres de 2019, alors qu’au 14 mai il ne l’était plus que de 58% (source : WingX). Hors contexte de Covid-19, ces 12% de différence représenteraient une hausse remarquable. Depuis mi-avril, chaque semaine a montré une augmentation, amorçant un redémarrage timide mais certain du trafic. Aux Etats-Unis où la pandémie continue de frapper durement, l’activité était en baisse de 58% à mi-mai, représentant paradoxalement un déclin plus faible qu’en Europe, en baisse de 66% malgré un processus de déconfinement progressif. Profitant de la paralysie de l’aviation commerciale, la part de l’aviation d’affaires au trafic mondial des voilures fixes a largement dépassé les 20% pour atteindre 35%.

La répartition de cette reprise du trafic par segment d’avion obéit cependant à la logique des difficultés opérationnelles de mise en place de vols long-courriers. A ce titre, c’est le segment des large-cabin qui montre la plus forte baisse (-75%), tandis que l’activité des light-jets propices aux vols court-courriers n’est en diminution que de 50% par rapport à 2019. A mi-mai, les avions les plus opérés sont le Citation XLS et le Challenger 300. Cette reprise du trafic des vols courts n’est que la première étape vers une reprise réelle du trafic mondial. Cependant le secteur reste encore loin de la deuxième étape, à savoir un retour aux vols internationaux du segment large-cabin.

Les ventes d’avions d’occasion sont toujours fortement affectées par les effets de la pandémie, mais une majorité des brokers semblent néanmoins être optimiste. Durant le mois d’avril, l’International Aircraft Dealers Association (IADA) a répertorié 53 transactions d’avions d’occasion, soit environ la moitié de la moyenne à cette période de l’année. Mais l’association a observé également plus de contrats signés qu’annulés, à hauteur de 58 signatures contre 31 annulations. Un récent sondage réalisé auprès des brokers membres de l’IADA met en lumière leur optimisme quant à une reprise du marché des avions d’occasion : 66% d’entre eux se déclarent « très optimistes », 58% s’attendent à une hausse des ventes au deuxième semestre et 50% estiment qu’un ajustement des prix à hauteur de 10 à 15% devrait être observé dans les prochains mois.

Afin de séduire une part de la clientèle, auparavant hésitante à utiliser un avion d’affaires, les différents acteurs de l’industrie s’adaptent désormais pour tenter de rassurer ces nouveaux passagers : procédures de désinfection des cabines, test de dépistage pour les membres d’équipage et prise de leur température avant chaque opération. Par ailleurs, pour attirer économiquement un panel plus large de clients, certains acteurs de la propriété partagée ont réduit le nombre d’heures nécessaires pour le ticket d’entrée aux services de leur société. Avec une plus grande accessibilité et un cadre sanitaire bien organisé, l’aviation d’affaires s’organise afin de capter de nouveaux clients.

 

A propos aerodefensenews

Bruno Lancesseur est rédacteur en chef la lettre bi-mensuelle AeroDefenseNews. Pour recevoir gratuitement un numéro, envoyez votre adresse mail à aerodefensenews@gmail.com
Cet article a été publié dans Aviation Civile, Aviation d'affaires et régionale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.