Dassault Aviation lance le Falcon 6X pour contrer le Gulfstream G500

La bataille s’annonce âpre dans le très haut de gamme des avions d’affaires. Alors que Gulfstream effectue actuellement une tournée commerciale pour présenter son G500, Dassault Aviation en a profité annoncer le 28 février le lancement du Falcon 5X, destiné à concurrencer le G500 sur le marché très disputé des avions large cabine, à très long rayon d’action 10 000 kilomètres et très haut de gamme. «Avec ce nouvel appareil, nous voulons repousser les limites pour fournir la meilleure expérience de vol possible avec les derniers savoir-faire aéronautiques », a commenté Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, lors de la présentation du programme au Bourget. « Le Falcon 6X offre un niveau d’autonomie, de confort et de capacités qu’aucun autre avion d’affaires à large cabine ne possède, tout en garantissant des systèmes totalement matures et un moteur éprouvé. (…) Nous avons beaucoup travaillé sur le confort de la cabine, c’était l’un des reproches de nos clients», a-t-il ajouté. Comme son grand frère le Falcon 8X, le F6X est doté d’une cabine très silencieuse et bénéficiera d’un système d’air conditionné dix mois meilleur que dans les bureaux les plus modernes.

Le premier vol de ce bi-réacteur est prévu en 2021 pour une entrée en service en 2022. Dassault prévoit une cadence de production de deux appareils par mois en 2023. Ce nouvel appareil, qui n’a de commun avec le 5X que l’empennage et le cockpit disposera de la cabine la plus large de son segment, avec 52,2 m3, et d’un système de connectivité à haut débit. Son principal concurrent, le Gulfstream G500, offre une cabine de 48,5 m3. Le diamètre de la cabine du F6X sera de 1,98 m de haut et 2,58 m de large pour 12,3 m de long, et pourra accueillir jusqu’à 16 passagers, selon la version.
Le F6X sera équipé de moteurs Pratt & Whitney PW812D et il disposera d’une autonomie maximale de 5.500 miles nautiques, soit 10.186 km (contre 5.200 miles pour le 5X), et une vitesse maximale de Mach 0,90. Il pourra relier sans escale Pékin et Paris, New York et Moscou, Los Angeles et Londres, ou encore Sao Paulo et Genève. Prix d’entrée de gamme : $47 millions. Un prix qui n’affolera pas les clients potentiels en Amérique du Nord, au Moyen-Orient, en Russie et en Amérique du Sud. DA00031637Le premier client du Falcon 6X est connu, il s’agit de Serge Dassault…

 

Publicités
Cet article a été publié dans Aviation Civile, luxe businetjets, Moteurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s