Les Etats-Unis sur le point de céder le F-16 à l’Inde

Les faits. Les ingénieurs de General Dynamics qui ont dessiné le F-16 dans les années 1970 n’imaginaient certainement pas que cet avion de combat produit à plus de 4 500 exemplaires finirait sa carrière industrielle en Inde ! Des avions de combat F-16 vont en effet être produits en Inde, aux termes d’un accord signé le 19 juin par Lockheed Martin et son partenaire Tata Advanced Systems Limited (TASL). Cet accord, rendu public au premier jour du salon aéronautique du Bourget, «donne à l’Inde l’occasion de produire, d’opérer et d’exporter le F-16 » dans sa configuration « Block 70 » dotée d’une avionique très moderne. L’annonce du partenariat a lieu alors que le Premier ministre indien Narendra Modi est ces jours-ci à Washington. L’Inde a acheté en 2016 après des années de négociations 36 Rafale pour son armée de l’Air pour un montant d’environ huit milliards d’euros.

Précisions. New Delhi a émis une demande d’informations (RFI) dans le cadre d’un programme Multi Role Carrier Borne Fighters (MRCBF) lancé en début de cette année dans le but d’acquérir 57 avions de combat appelés à embarquer sur ses porte-avions. Ces appareils doivent être capables d’effectuer une très large palette de missions, allant de la défense aérienne aux reconnaissances, en passant par l’attaque au sol, la lutte antinavire ou encore le ravitaillement en vol. Dassault Aviation possède évidemment l’avion idéal : le Rafale M qui équipe la Marine nationale et qui a fait ses preuves sur les théâtres extérieurs. Il aura en face de lui des chasseurs russes, le F/A-18 Super Hornet de Boeing et le F-35B de Lockheed-Martin. Si à une époque il était envisagé que l’Inde produise localement le Rafale, il semble désormais qu’avec le contrat F-16 cette option soit compromise. Le contrat pour les porte-avions indiens revêt donc une importance toute particulière.

Encadré

MBDA prépare les missiles du standard F4 du Rafale

MBDA a présenté lors du salon aéronautique du Bourget sans trop de publicité sa nouvelle famille de missiles baptisés SmartGlider qui devrait être disponible au plus tard en 2025. Ces missiles sont destinés au standard F4 du Rafale sur lequel travaille la Direction générale pour l’armement et les industriels concernés. Les SmartGlider forment « une famille d’armements planants équipés d’une voilure dépliable et d’une portée de plus de 100 kms » et ils « renforcent les capacités air-sol de l’avion entre les armements en kit (de type 2ASM) et le missile de croisière», précise le missilier européen. Cette nouvelle génération d’armements air-sol est conçue pour contrer les menaces sol-air à courte et moyenne portée opérant en réseau mais aussi engager les cibles mobiles ou relocalisables aussi bien fixes que durcies. Aux côtés de la version légère (120 kg dont 80 kg de charge militaire), une version lourde (1.300 kg) est également proposée avec une charge à effets multiples pour remplacer les bombes de type Mk-84 et les pénétrateurs BLU-109 aujourd’hui employés par les forces.

Publicités
Cet article a été publié dans Aviation Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s